• Nordine ChabaneCinquante ans d’indépendance : combien de temps faudra t’il payer aux enfants de 1962 pour cette histoire qui n’est pas la leur ?

    Par CHABANE Nordine

    Jeune combattant de l’ALN, au cauchemar de la guerre, je n’espérais pas survivre et rester en vie jusqu'à l’indépendance de notre chère Algérie. 
    Invalide de guerre je n’osais pas espérer rester vivre jusqu’au cinquantenaire de l’indépendance de notre cher pays.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Mohamed Boudiaf

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Mohamed BoudiafMohamed Boudiaf, originaire de M'Sila, né le 23 juin 1919, assassiné le 29 juin 1992 à Annaba, est un homme d'État algérien.
    Fonctionnaire de profession, membre fondateur du Front de libération nationale (F.L.N), un des six chefs historique de la guerre d'indépendance algérienne et membre du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), au poste de ministre d'État de 1958 à 1961 puis vice-président jusqu'en 1962, il entre en opposition contre les premiers régimes en place à l'indépendance, et s'exile durant près de 28 ans. Rappelé en Algérie, en 1992 en pleine crise politique, à la tête de l'État, en tant que président du Haut Comité d'État, organe en charge provisoire de la gestion de l'État, du 12 janvier 1992 jusqu'au 29 juin 1992, suite à son assassinat, lors d'une conférence à Annaba.

    Après avoir effectué ses études à M'sila, il devient fonctionnaire et occupe une fonction dans l'administration. Adjudant dans l'armée française, en 1942 durant la Seconde Guerre mondiale il est commis au service des contributions à Jijel, puis est envoyé sur le front en Italie où il participa à la bataille de Monte Cassino. À la fin de la guerre et après les massacres de Sétif de 1945, il s'engage dans le mouvement nationaliste algérien et adhère au Parti du peuple algérien (PPA) de Messali Hadj, puis participe à la création de l'Organisation spéciale (OS), branche armée secrète du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD). Vers la fin de 1947, il en constitue une cellule pour le département de Constantine. au démantèlement de cette dernière en 1950, il sera jugé et condamné par contumace pour ses activités militantes. En 1952, il est muté en France par le MTLD où il milite au sein de la communauté algérienne immigrée.

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Abbas, Boudiaf, Bitat, Ait Ahmed, 1962

    Abbas, Boudiaf, Bitat, Ben Bella et Aït Ahmed en 1962

    Une photo rare des chefs F.L.N./A.L.N. en 1962 (Ferhat Abbas, Mohamed Boudiaf, Rabah Bitat, Ahmed Ben Bella et Houcine Aït Ahmed) aux frontières Algero-Marocaine, une photo prise par Khaled SAFER.


    9 commentaires
  • Le colonel Boussouf testant les armes ainsi que le colonel Houari Boumediene

    Le colonel Boussouf et le colonel Houari Boumediene testent des armes

    Dans un camp du M.A.L.G., Abdelhafid Boussouf (au 1er plan accroupi) membre du C.C.E. et chef de la wilaya V teste des armes récemment acquis, on peu aussi distinguer Houari Boumedienne, adjoint de Boussouf et future chef d'état major.


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires