• L'affaire Amirat Allaoua

    Après le complot des colonels réglé de la manière que l’on sait, le G.P.R.A, avait à faire face à une nouvelle crise. Le docteur Lamine Debaghine, ministre des Affaires étrangères, accusait une partie du gouvernement -en particulier Boussouf soutenu cette fois par Ferhat Abbas- d’avoir «suicidé» un jeune membre de la délégation F.L.N, au Liban de passage au Caire.

    Le jeune homme, Amirat Allaoua, attaché à la délégation de Beyrouth, avait été renvoyé de son poste par son chef, Kabouya Brahim, qui l’accusait d’avoir tenu à un consul étranger des propos malveillants sur l’attitude de certains membres du G.P.R.A, et de leurs épouses! En sanction le jeune diplomate s’était retrouvé planton dans l’immeuble du F.L.N, au Caire! Mais sa mésaventure ne l’avait pas calmé. Il se répandait en critiques de plus en plus acerbes contre les chefs de l’extérieur, renouvelant ses accusations contre les mœurs «légères» de leurs épouses, et surtout évoquant en termes trop précis la «disparition» d’Abane Ramdane. Ferhat Abbas, ami intime du père d’Allaoua, l’avait morigéné d’importance, puis, le jeune homme s’étant rebiffé, le vieux leader l’avait violemment giflé. Quarante-huit heures plus tard, le corps d’Allaoua basculait d’une fenêtre du cinquième étage de l’immeuble du F.L.N., L’affaire Allaoua commençait.

    Les services spéciaux égyptiens menèrent une rapide enquête. La mort était suspecte. Le jeune homme se serait jeté dans le vide depuis la fenêtre d’un bureau des services de Boussouf  le grand patron du renseignement et l’un des principaux responsables, de la mort d’Abane. Ben Aouda, ancien lieutenant de Ben Tobbal en wilaya 2, était présent et garantissait la version du suicide. Ferhat Abbas soutenait de son côté cette hypothèse, rappelant le caractère «névrosé» d’Allaoua et racontant la scène qui les avait opposés.

    Il n’en fallait pas plus pour qu’une nouvelle fois les clans s’affrontent. Le docteur Lamine Debaghine, qui n’avait pas «digéré» l’éviction de sa candidature à la présidence du G.P.R.A., prit la tête des accusateurs, soutenu dans cette direction par les Services spéciaux égyptiens toujours prêts à aider un clan sur lequel ils aient barre. Il fit remarquer que la chambre du «suicidé» avait été fouillée de fond en comble. Les doublures des valises coupées au rasoir. Que cherchait-on? Qui cherchait quoi? Le jeune homme avait-il en sa possession des documents qui permettes de reconstituer les circonstances de la mort d’Abane, confirmées par les témoins survivants? Nul ne le saura jamais.

    La réunion exceptionnelle du G.P.R.A, fut houleuse. On profita de l’affaire Allaoua pour se jeter à la figure les griefs éternels. Une nouvelle fois les civils -divisés en deux clans (Abbas et Lamine)- reprochaient aux colonels d’accaparer le pouvoir sous prétexte qu’ils représentaient les maquisards. Ahmed Francis, compagnon de route de Ferhat Abbas à l’époque de l’U.D.M.A., résuma leur position en prenant à partie les 3B, Belkacem Krim, Ben Tobbal, Boussouf.

    «Vous avez imposé au G.P.R.A, un groupe de super-ministres qui sont les colonels, reprocha-t-il. On a fait la guerre en Algérie pour supprimer le deuxième collège! Eh bien, moi, je ne tolérerai pas plus longtemps d’être au sein du gouvernement provisoire autans que ministre du deuxième collège! Tout cela doit changer. Tout cela va changer!».

    C’était une allusion directe à la venue à l’extérieur des plus durs des maquisards de l’intérieur: Amirouche, chef de la wilaya 3, Si Haouès, chef de la wilaya 6 auxquels se joindraient peut-être Si Lakhdar et Si M’hamed, patron de l’Algérois. Les chefs de l’intérieur demanderaient dés comptes aux « révolutionnaires de palace » et voudraient savoir pourquoi les maquis n’étaient alimentés ni en armes ni en argent, alors que des dépôts immenses se constituaient aux frontières. Bien que leur présence soit loin d’être approuvée par un homme comme Amirouche, les politiques du G.P.R.A, et, dans une certaine mesure, quelques militaires comme Mahmoud Chérif espéraient bien reprendre, à la faveur de la bagarre qui s’annonçait, un peu de ce pouvoir que les 3B tenaient entre leurs mains implacables. La réunion des colonels, décidée en prélude au 3e C.N.R.A, fixé à la fin de l’année à Tripoli, s’annonçait tumultueuse. Et Amirouche qui, par radio, venait de prévenir Tunis de son arrivée prochaine à l’extérieur n’avait pas caché son mécontentement!

    Malek benabi souligne dans son témoignage que l’assassinat au siège du GPRA au Caire en février 1959 du jeune Amirat Allaoua, eut lieu après avoir ébruité, au retour de Beyrouth, des contacts douteux qu’avait Ferhat Abbas. Le chef du G.P.R.A. quand a lui, il consacre moins d'une ligne a cette affaire.

     

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 12 Avril 2014 à 18:27

    a chaque fois ils mouillent Krim pour ecarter tous soupcant, pour moi Boussouf est un inigme de cette affaire aussi, je cherche un repere entre Boussouf et la SDECE ou le Mossad

    2
    Samedi 12 Avril 2014 à 20:36

    M. Djamel, en fessant ton enquête, le seul conseil que je puisse avancé, c'est de ne jamais cherché raison a nos doutes, mais de cherché sans écarté des pistes, Boussouf a fait école russe (Promotion Tapie Rouge), il y a pas grand choses a savoir outre le fait que les trois B se mené la guerre, et savaient très bien joué aux jeux du trônes, ils savaient bien s'allier en circonstance et se planté des couteaux dans le dos avec le plus grand esprit sportif qui puisse existé... je n'écarte pas l’hypothèse de l'infiltration, mais pas au-delà d'une certaines limite... la fin des des histoires nous donne cependant pleins de détails, quand je parle de la fin de l'histoire c'est pas 62, c'est pas 65... mais la fin de chaque hommes parmi les plus influant de la révolution algériennes.

      • djamel
        Lundi 9 Mai 2016 à 03:07

        Merci pour tous

    3
    gabyle
    Lundi 2 Juin 2014 à 13:24
    le grand moudjahid si Abdelhamid Boussouf dit si Mabrouk c'est un colonel et homme potique valeureux? Votre Abbane ramdane est un grand traitre il est devenait dangereux il signait sa condanamtion. Toujours Boussouf il assassiné votre <abbane ramdane traitre. vive le colonel si Abdelhamid Boussouf dit si mabrouk, tapis rouge???.
      • ali la pointe
        Mardi 14 Février à 13:47

        tu es un minable !

         

    4
    Jeudi 7 Août 2014 à 14:32

    gabyle : vous devez le prouvez, le confrère a raison de dire .. la fin des des histoires nous donne cependant pleins de détails, si rien n`est encore apparu depuis le dece de Boussouf, c`est que Boussouf est toujours en vie, du moins son clan, le clan Abane n`existe presque plus et personne ne peut le defendre sauf la realite historique, mais ton Boussouf si ?

    5
    John
    Lundi 24 Novembre 2014 à 06:40

    Il y'a bien un lien entre boussouf et le Sdece  francais


    jo sohet dus décembre était affecté à l,extrême est algérien en vue de recruter des agents


    pour les injecter à la tête :des institutions algériennes pendant la révolution et a l.independance


    d,ou l'arrogance des BTS

    6
    John
    Lundi 24 Novembre 2014 à 06:42

     

    Plier Sdece a la place decembre

    7
    John
    Lundi 24 Novembre 2014 à 06:44

    Faire recherche jo sohet Sdece français

    8
    John
    Lundi 24 Novembre 2014 à 06:54

    Guerre d’Algérie[modifier | modifier le code]
    De retour en métropole, Jo Sohet né en algerie est affecté au SDECE, notamment comme instructeur parachutiste. Il fréquente donc les centres d’entrainements de Cercottes, Corte, Pau ou Mont-Louis. Il participe à la formation théorique et pratique de Tsahal.
    Le situation en Algérie s’envenimant, Jo Sohet revient dans son pays natal en 1954 et endosse le même rôle qu’en Indochine : la formation de groupes d’autodéfense, l’encadrement de Harka, et l’infiltration des bases arrières du FLN, notamment près de la frontière tunisienne.

    9
    John
    Lundi 24 Novembre 2014 à 07:24

    D’après Erwan Bergot, un breton ancien lieutenant du 11ème Choc du SDECE durant la guerre d’Algérie, il révéla dans son livre « Le dossier rouge, services secrets contre FLN, éditions Grasset, 1976 » que la « ferme » en question où Abane fut étranglé, était en fait un ancien camp désaffecté des services secrets français dans la région de Tétouan. Comme il révéla aussi, que les hommes tueurs accompagnant Boussouf, furent en réalité des agents du CAB1, la nouvelle DST marocaine de l’époque fraichement créée par Oufkir, ancien capitaine de l’armée française, chef d’antenne au Maroc de la DST et du SDECE pendant 5 ans de 1949 à 1954. Par la suite, il a été placé par la France aide de camp personnel au roi Mohamed V en 1956, tout en devenant mentor de Boussouf et surtout « initiateur » des promotions « tapis rouge » formées au KGB », lesquelles ont gouvernés l’Algérie durant 50 ans. L’assassinat de Abane Ramdane était le crime fondateur de la nouvelle dictature sournoise et « incestueuse » de l’Algérie supervisée par la France jusqu’à aujourd’hui.

    10
    John
    Lundi 24 Novembre 2014 à 07:31

    L’historien Mohamed Harbi a dit que le jour où les archives de la guerre de libération seront rendues publiques, elles seront « terribles et explosives ».
    On attend avec grande patience de savoir qui a permis a Boukharrouba de bâtir son armée de plus de 10000 soldats ainsi que tout l’armement exhibé y compris des blindés au moment où les quelques maquisards qui ont survécu au rouleau compresseur de l’armée colonial n’arrivaient même plus à se procurer des cartouches pour leurs fusils.

      • djamel
        Lundi 9 Mai 2016 à 03:19

        merci beaucoup

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    11
    Mardi 6 Janvier 2015 à 18:24

    Arrêtez votre histoire préfabriqué de toutes pièces.  Abbane n'est ni membre du groupe des 22, ni membre du comité des 6, ni chef historique. Abbane recruté par krim Belkacem en 1955, c'est un arriviste, il est devenait très dangereux il signait sa condamnation a mort? et cessez de le faire passé  grand héros?  sans le plus grand zaim le plus grand moudjahid Larbi Benm'hidi  le congres de la soummam n'aurait pas réussi et Abbane n'aurait pu faire triomphé ses thèses. l'architecte du congres de la soummam le plus grand moudjahid Mohamed Larbi Benm'hidi dit Zapata. 

    12
    cl
    Dimanche 8 Janvier à 04:22
    replica christian louboutin heels wash the dirty vestige on the face to go, the noodles is expressionless to sit to chair christian louboutin daffodil pumpsHands wreath chest, replica christian louboutin heels leisurely the along while didn't make a noise andreplica louboutin shoesthe show sonchristian louboutin glitter pumps also have some replica louboutin pumpsto frighten into replica christian louboutin pumpsinaction.TheChristian Louboutin young lady in past always acts crazy,fake christian louboutin in addition to going to bed a rest, Christian Louboutin Dafsling Glittery Leather Slingback Platformhave no while being carefree a moment.replica christian louboutinBut Chen Yun inhermes replica, but let to show son whatever guessBuy Marlboro cigarettes, all can not guess her is just thinkingtrue religion factory outlet you come over.christian louboutin heels leisurely hurtled show son to flick to wave hand and signaled hintGiuseppe Zanotti Sneakers to show son to sit to ownly and nearby.Treat to show after son sit properly,Giuseppe Zanotti Sneakers Chen Yun is leisurely tiny tiny on smiling, have some to expectChristian Louboutin Isolde 20ans Specchio Laminato Black of lookinging FREY WILLEat and showing the sonchristian louboutin spiked heelsme the affair in our mansionchristian louboutin glitter heels.We all haveGiuseppe Zanotti sale in mansiongiuseppe zanotti shoes which persons,Christian Louboutin Asteroid I am still all not clear now.Once saw everyone once inchristian louboutin narcissus pumps the food hall last time, have already in a hurry left.Giuseppe Zanotti online I didn't know they actually ischristian louboutin studded pumps I exactly should call what goodGiuseppe Zanotti Boots.Show son to turn head sideways to looking at leisurely,christian louboutin replica to blink eyes,Christian Louboutin Highness 160mm Aurora Colorful Pumps as if deep in thought of thought a short momentGiuseppe Zanotti Sneakers outletsay greatly not big, say small also not smallgiuseppe zanotti.going to be thegiuseppe zanottiwill be the available everywhere over the three snazzy designsmarlboro cigarettesprints make the marlboro outletCarrier an all in one steal for one of the more and the Hip Baby Carriers, although a bitGiuseppe Zanotti Boots top of the range at - has several Giuseppe Zanotti Wedge Sneakersunique that brings to mind and fabrics to FREY WILLE online shoplearn more Nicholas Kirkwood shoes about buy from You are going true religion outlet to want in no way kiss goodbye yourchristian louboutin stores fashion feel for those times when purchasing a carrier as there are a lot of available carriers as well as sale Giuseppe Zanotti Sneakersthese all will make also a multivalentino replicaearned a short time shelled out allowing an individual your little a minumum of one Baby wearing has been practiced also a number of years and is the fact because they are done true religion outlet online storeeverywhere across the planet both totrue religion jeans outlet and from rural China to educate yourself regarding goingvalentino shoes to be the mountains true religion outlet onlineof Peru. You can shop alsovalentino outletin your a lot of unique shops as part of your malls or otherwisecheap true religion as part of your many online shops intrue religion outlet sale your aimed at your site Improved fabric andGiuseppe Zanotti Sneakers onlineshoulder brace straps and head helptrue religion online outlet you achieve makes going to be the Evenflo Snugli Comfort Carrier a multi functional real steal true religion outlet store and goingvalentino outletto be the dual aspect entry buckles makes a resource box easygiuseppe zanotti outlet as well as for being hermes jewelryable to get the baby all around the and around town having to do with element The Buy Marlboro cigarettes online often a machine http://www.giuseppezanottis.cc.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :