• Mohamed Boudiaf, 20 ans déjà!

    Mohamed BoudiafMohamed Boudiaf, originaire de M'Sila, né le 23 juin 1919, assassiné le 29 juin 1992 à Annaba, est un homme d'État algérien.
    Fonctionnaire de profession, membre fondateur du Front de libération nationale (F.L.N), un des six chefs historique de la guerre d'indépendance algérienne et membre du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), au poste de ministre d'État de 1958 à 1961 puis vice-président jusqu'en 1962, il entre en opposition contre les premiers régimes en place à l'indépendance, et s'exile durant près de 28 ans. Rappelé en Algérie, en 1992 en pleine crise politique, à la tête de l'État, en tant que président du Haut Comité d'État, organe en charge provisoire de la gestion de l'État, du 12 janvier 1992 jusqu'au 29 juin 1992, suite à son assassinat, lors d'une conférence à Annaba.

    Après avoir effectué ses études à M'sila, il devient fonctionnaire et occupe une fonction dans l'administration. Adjudant dans l'armée française, en 1942 durant la Seconde Guerre mondiale il est commis au service des contributions à Jijel, puis est envoyé sur le front en Italie où il participa à la bataille de Monte Cassino. À la fin de la guerre et après les massacres de Sétif de 1945, il s'engage dans le mouvement nationaliste algérien et adhère au Parti du peuple algérien (PPA) de Messali Hadj, puis participe à la création de l'Organisation spéciale (OS), branche armée secrète du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD). Vers la fin de 1947, il en constitue une cellule pour le département de Constantine. au démantèlement de cette dernière en 1950, il sera jugé et condamné par contumace pour ses activités militantes. En 1952, il est muté en France par le MTLD où il milite au sein de la communauté algérienne immigrée.

    Boudiaf rentre en Algérie en mars 1954 à l'heure de la grande crise qui secoue le MTLD (Centralistes et Messalistes) et crée avec d'autres militants principalement des ex-OS le (CRUA) le Comité révolutionnaire d'unité et d'action, qui refuse de prendre partie au protagonistes et qui vise à la réunification du parti et à l'enclenchement de la révolution armée, une mission qui se soldera par un échec politique dans sa mission réconciliatrice, mais qui va déterminer définitivement le noyaux dure du MTLD a dépassé les querelles intestines et le passage direct à la lutte armée.

    Mandaté par (le groupe des 22) Boudiaf devient coordonnateur général du (FLN) le Front de Libération National, le nouvel organisme avec pour objectif l'indépendance de l'Algérie par la lutte armée.

    Dès le 1er novembre 1954, Boudiaf sera chargé de la coordination avec l'extérieur (La délégation extérierer du FLN au Caire).

    À l'issue du Congrès de La Soummam, en août 1956 il devient membre du CNRA (Conseil national de la révolution algérienne). Le 22 octobre 1956, il est arrêté, avec d'autres chefs du FLN (Ben Bella, Mohamed Khider, Houcine Aït Ahmed et Moustefa Lachraf), par l'armée française suite au détournement de l'avion civil marocain qui le menait vers la Tunisie. Il dirige alors depuis sa prison la fédération de France du FLN et est nommé en 1958 ministre d'État du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), à sa création, puis vice-Président en 19611. Il est libéré le 18 mars 1962 suite aux accords d'Evian.

    À l'indépendance (juillet 1962), Boudiaf entre en désaccord avec Ben Bella, soutenu par l'EMG, le chef d'État Major Général de l'(ANP) l'Armée National et Populaire (Le Colonel Houari Boumedienne) qui crée un bureau politique du FLN pour remplacer le GPRA.

    Le 20 septembre 1962, alors que le bureau politique constitue la première assemblée nationale algérienne, Mohamed Boudiaf fonde en opposition son propre parti politique le (PRS) le Parti de la révolution socialiste.

    En mai 1963, il sera parmi les membres fondateurs de "l'UDRS" Union pour la défense de la révolution socialiste, aux côtés de Krim Belkacem, Mohand Oulhadj et Aït Ahmed, une coalition qui vise a renversé Ben Bella en programmant une action discrète et rapide à la capital (Alger), à l'échec du projet UDRS, Boudiaf remonte au créneau avec le (CNDR) Comité National de Défense de la Révolution en compagnie de Mohamed Ben Ahmed (le commandant si Moussa), Hocine Aït Ahmed, Moussa Hassani et Le colonel Mohamed Chaabani, un comité qui au plus de l'action militaire envisage un programme politique pour mettre fin à la crise politique.

    Le 23 juin 1963, il est arrêté, puis contraint à l'exil dans le sud algérien où il est détenu plusieurs mois avant d'être libéré. Condamné à mort en 1964 par le régime Ben Bella, il quitte l'Algérie et rejoint la France, puis le Maroc où il oeuvre au sein de son parti et anime à partir de 1972 entre la France et le Maroc plusieurs conférences où il expose son projet politique pour l'Algérie et anime la revue El Jarida1. Son livre Où va l'Algérie, qui livre un témoignage lucide sur l'après-indépendance et la prise du pouvoir par les militaires, résume ses propositions politiques. En 1979, après la mort de Houari Boumedienne, il dissout le PRS et va se consacrer à ses activités professionnelles en dirigeant à Kénitra au Maroc une briquèterie.

    Le 16 janvier 1992, après la démission du président Chadli Bendjedid, Mohamed Boudiaf est rappelé en Algérie pour présider le (HCE) le Haut Comité d'État, en charge provisoire des pouvoirs de chef de l'État.

    Souhaitant une Algérie démocratique tournée vers la modernité, il disait vouloir mettre fin à la corruption qui gangrenait l'État. Mais Mohamed Boudiaf sera assassiné en directe (retransmission TV) six mois plus tard, le 29 juin 1992, lors d'une conférence des cadres qu'il tenait à Annaba. Un sous-lieutenant du groupe d'intervention spéciale (GIS), Lambarek Boumaarafi, jeta une grenade pour faire diversion et tira à bout portant sur le président le tuant sur le coup. La motivation de son assassinat est sujet de controverse, entre la piste d'une action isolée commise par un militaire ayant des sympathies islamistes avancée par la commission d'enquête instituée par le gouvernement algérien et celle d'un complot plus vaste impliquant des généraux de l'armée, soutenu principalement par son fils Nacer Boudiaf, qui multiplie la publication de livre, articles de presse et conférences pour écarter la thèse de l'«action isolée» d'un officier de l'armée ayant agi pour des motifs strictement religieux.

    Référance:

    1. C'était Boudiaf: essai historique, Par Amar Benbelaïd
    2. Le FLN Mirage et réalité, des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Par Mohammed Harbi
    3. Boudiaf, L'Algérie avant tout!, Par Nacer Boudiaf
    4. fr.wikipedia.org/wiki/mohamed_boudiaf
    5. http://www.djazairess.com/fr/latribune/11646

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    mahedi
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 22:08

    je demande juste comment puis je téléchargé les livre de ce blog...merciiii pour ce site

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :